«

»

Nouvelle parution presse du 10 Mai 2012

“Quand les sciences du numérique rencontrent l’archéologie pour ressusciter les colosses d’Alexandrie”

Écrit par Emeline Carre, le 10 mai 2012.


Article tiré du magazine interne du Centre de Recherche INRIA Bordeaux Sud-Ouest – SONEWS

Jusqu’au 4 novembre 2012, des reproductions à l’échelle 1/5e des statues d’Isis et Ptolémée sont mises en scène au Musée national de la Marine à Paris à l’occasion de « Phares », une exposition temporaire originale. Elles sont le fruit d’une collaboration entre chercheurs en informatique (équipe de recherche manao) et archéologues dans le cadre de l’ANR SeARCH qui arrive à son terme – retour sur cette aventure.

 

Exposition le goût des phares

Musée de la Marine, exposition "Phares", deux statues reproduites en polystyrène après réassemblage virtuel 3D.

 

Les objets du patrimoine culturel ayant résisté au passage du temps se font de plus en plus rares. Bien souvent ils auront été abimés et brisés en de multiples fragments parfois trop lourds à manipuler, et dont certains se retrouveront éparpillés, détruits ou simplement réutilisés au cours de l’histoire. Les experts sont alors confrontés à de gigantesques puzzles en trois dimensions. Le réassemblage virtuel représente parfois l’unique solution pour étudier et préserver cet héritage ancien.
La longue expérience métier des experts du patrimoine combinée aux propositions automatiques des logiciels informatiques permettent le réassemblage des fragments in silico. Ce procédé est rendu possible grâce à des techniques de modélisation géométrique 3D, de visualisation expressive innovantes et d’interaction tangible.

Soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche, ce projet est particulièrement motivé par un contexte archéologique bien déterminé : l’étude du légendaire Phare d’Alexandrie, 7e Merveille du monde, et la reconstruction de ses colosses qui surplombaient la Mer Méditerranéenne durant l’Antiquité.

SeARCH croise les compétences d’experts en archéologie et en informatique. Porté par Patrick Reuter, enseignant-chercheur de l’université Bordeaux 2 collaborant au sein de l’équipe Inria manao, ce projet est mené à bien grâce au travail collaboratif avec ESTIA Recherche, le CEAlex et la PFT3D Archéovision (CNRS).

Pour les besoins de l’exposition « Phares », l’équipe de recherche manao collabore avec la Fondation EDF et la société Neamedia pour réaliser de parfaites reproductions des pièces archéologiques retrouvées autour des vestiges du monument égyptien. À l’échelle 1/5e, les statues exposées au Musée de la Marine mesurent environ 2,5 mètres de hauteur.

 

Exemples de visualisation 3D

Étude des courbures, convexités et concavités à différents niveaux de détails de la statue d’Isis et rendus en trois dimensions.

 

Pour l’équipe de recherche, c’est l’occasion idéale d’expérimenter de nouvelles méthodes de reconstruction et de réassemblage 3D mises au point dans le cadre de SeARCH. Ce programme aura d’ailleurs permis de financer la thèse de Nicolas Mellado à 100 % sur le projet !

« Il est très intéressant de travailler avec des archéologues, de comprendre leurs priorités, leurs agendas et leurs contraintes, très différentes des nôtres. Monter des projets ensemble permet d’apporter un regard nouveau sur nos deux domaines et de rendre l’informatique encore plus attrayante par une application concrète dans l’archéologie ».

Acquisition des données numériques, photogrammétrie, étude des reliefs, usinage et façonnage, tant d’étapes qui auront permis aux gigantesques fragments archéologiques d’être virtuellement réassemblés pour trôner sous une forme physique à Paris.
Les colosses ont ainsi trouvé une nouvelle vie grâce à un partenariat transdisciplinaire !
C.R.