Conférence le 23 Septembre 2010

Puzzle antique : Reassemblage virtuel en 3D sur le phare d’Alexandrie

par Isabelle Hairy

Journées Du Patrimoine Alexandrin . En marge des premières Journées du Patrimoine Alexandrin, une conférence d’Isabelle Hairy a été tenue au CFCC d’Alexandrie abordant un projet étalé sur trois ans, ayant pour objectif le développement de techniques de réassemblage virtuel, en 3D, du Phare d’Alexandrie.

Le Phare d’Alexandrie, septième merveille du monde qui a éclairé les marins pendant près de dix-sept siècles, gît aujourd’hui sous les eaux. Les objets trouvés notamment par les archéologues sont souvent brisés en de multiples fragments. Des éléments sortis de l’eau (sphinx, colonnes, éléments du phare) sont exposés au musée de plein air de Kom Al-Dekka. Un puzzle gigantesque. Isabelle Hairy, qui dirige avec Jean-Yves Empereur, au CEAlex, le site du Phare d’Alexandrie, a animé, au CFCC d’Alexandrie, une conférence sur le Phare d’Alexandrie. Elle a proposé, grâce au document ancien, un voyage dans le temps de l’époque de la construction du phare, passant à l’époque de sa prospérité et jusqu’à sa détérioration. Isabelle Hairy, architecte et archéologue au Centre des études alexandrines, a parlé également de certaines avant-gardes qui nous permettent de proposer une image de ce monument disparu.

Une quinzaine de scientifiques de renom du CNRS et de l’Inria se sont réunis l’an dernier à l’Estia pour lancer un projet de recherche national, soutenu par l’Agence Nationale pour la Recherche (ANR) : le projet SeARCH (Semi-automatic 3D Acquistion and Reassembly of Cultural Heritage) avec en point de mire la reconstruction partielle du Phare d’Alexandrie et de ses statues environnantes. Ce projet est basé sur la collaboration entre informaticiens et experts du patrimoine. « C’est un programme fantastique. Il nous motive énormément et suscite beaucoup d’espoir. Une révolution par rapport aux traditionnels dessins », assure Isabelle Hairy qui a pu, entre autres, reconstituer graphiquement la porte du phare, toute en granite d’Assouan, avec des jambages monolithes …

L’usage d’un scanner 3D et d’un réassemblage virtuel des objets correspondants devient l’unique solution pour mieux les étudier, analyser, reconnaître, préserver et stocker ; surtout que les fragments du phare sont abîmés par l’érosion, l’usure du temps et les différents impacts subis, ou sont complètement manquants. Ainsi, le projet SeARCH a pour but de développer des techniques semi-automatiques alliant l’acquisition digitale directement sur le site archéologique et le réassemblage des fragments aussi automatique que possible, prenant en compte l’expérience des professionnels du patrimoine à l’aide de nouvelles techniques d’interaction entre l’homme et l’ordinateur. L’informatique n’étant pas bien souvent la tasse de thé des archéologues, chacun en sa spécialité, tout est fait pour simplifier au maximum la tâche des experts en civilisations anciennes grâce au développement d’« interfaces tangibles ».

L’archéologue choisit dans une base de données des pièces scannées en 3D. Grâce à deux « manettes », il les saisit virtuellement et les manipule comme s’il les tenait dans la main. Les pièces, qui en réalité peuvent peser plusieurs tonnes, pivotent dans tous les sens jusqu’à un assemblage impeccable sous n’importe quel angle. L’ordinateur indique sa solution, que l’expert valide ou non d’une pression du pied. « On reconstruit aussi des statues monolithiques en granit rose de plus de 12 mètres de haut », rappelle Isabelle Hairy. Des merveilles qui grâce aux informaticiens bidartar pourront peut-être un jour être à nouveau admirées.

Il reste encore beaucoup à faire. Ce projet pourrait bien voir le jour. La ré-invention d’une des sept merveilles du monde.