Nouvelle parution presse du 14 Octobre 2009

Un projet sur le Phare d’Alexandrie

Miniature de l'article

Miniature de l'article

14/10/2009
Une quinzaine de scientifiques de renom se sont réunis les 8 et 9 octobre derniers à l’ESTIA sur la Technopole Izarbel de BIDART pour lancer un projet de recherche national, soutenu par l’Agence Nationale pour la Recherche ANR (ANR) : le projet SeARCH(Semi-automatic 3D Acquistion and Reassembly of Cultural Heritage) avec en point de mire la reconstruction partielle du Phare d’Alexandrie en Egypte et de ses statues environnantes. Des chercheurs du CNRS et de l’INRIA étaient présents : CEAlex, Alexandrie, Egypte, INRIA-IPARLA, Bordeaux, Ausonius/Archeovision, Bordeaux et d’ESTIA-Recherche… car ce projet est basé sur la collaboration entre informaticiens et experts du Patrimoine.Les objets trouvés notamment par les archéologues sont souvent brisés en de multiples fragments, et les experts du patrimoine culturel sont alors confrontés à de gigantesques puzzles pour le réassemblage : celui-ci est généralement effectué manuellement ; cett tâche peut devenir fastidieuse, et voire même dans certains cas impossible. Lorsque ces fragments sont abîmés par l’érosion, l’usure du temps et les différents impacts subis, ou sont complétement manquants, cette tâche est encore plus ardue. En conséquence, l’usage d’un scanner 3D et d’un réassemblage virtuel des objets correspondants devient l’unique solution pour mieux les étudier, analyser, reconnaitre, préserver et stocker.Le projet SeARCH a ainsi pour but de développer des techniques semi-automatiques alliant l’acquisition digitale directement sur le site archéologique et les réassemblage des fragments aussi automatique que possible, mais prenant en compte l’expérience des professionnels du patrimoine à l’aide de nouvelles techniques d’intéraction entre l’homme et l’ordinateur.Dans “Les petites affiches du pays basque et des Pyrénées-Atlantiques” : pdf