Nouvelle parution presse du 24 Octobre 2009

Puzzles antiques

écrit par Camille Boulogne

Photo Article Sud Ouest
Photo Article Sud Ouest

Pendant près de dix-sept siècles, le phare d’Alexandrie a éclairé les marins. Aujourd’hui, la Septième merveille du monde gît sous les eaux égyptiennes. Des milliers de blocs épars plus ou moins abîmés. Un puzzle gigantesque, véritable casse-tête pour les archéologues qui s’y attellent depuis 1994 sous la direction du Français Jean-Yves Empereur, directeur du Centre d’études Alexandrines.

La solution pourrait venir… de Bidart. Pendant deux jours, une quinzaine de scientifiques du CNRS et de l’Inria se sont réunis à l’Estia (1) pour lancer en partenariat avec l’école un projet de recherche national soutenu par l’Agence nationale pour la recherche (ANR) : le projet SeARCH, « Semi-automatic 3D acquisition and reassembly of cultural heritage ».

Trois ans de recherches

Coordonné par Patrick Reuter, spécialiste en informatique et maître de conférences à l’université Bordeaux 2, ce projet étalé sur trois ans a pour objectif le développement de techniques de réassemblage virtuel en 3D pour les archéologues du site d’Alexandrie. « Des techniques semi-automatiques », insiste Patrick Reuter afin de laisser les professionnels des puzzles antiques maîtres des décisions. L’ordinateur propose, l’archéologue dispose. »

L’informatique n’étant pas bien souvent la tasse de thé des archéologues _chacun sa spécialité _, tout est fait pour simplifier au maximum la tâche des experts en civilisations anciennes grâce au développement d’« interfaces tangibles ».

La spécialité de Nadine Couture, chercheur en informatique à Estia-Recherche et au Labri (2) impliquée dans le projet avec Pierre Joyot, mécanicien numéricien également à Estia-Recherche.

Avec les pieds et les mains

L’élaboration de ces interfaces est infiniment complexe, leur pratique un jeu d’enfant. L’archéologue choisit dans une base de données des pièces scannées en 3D. Grâce à deux « manettes », il les saisit virtuellement et les manipule comme s’il les tenait dans la main. Les pièces, qui en réalité peuvent peser plusieurs tonnes, pivotent dans tous les sens jusqu’à un assemblage impeccable sous n’importe quel angle. L’ordinateur indique sa solution, que l’expert valide ou non d’une pression du pied. Une console Wii puissance 10 000.

Isabelle Hairy, architecte archéologue au centre d’études alexandrines assiste avec enthousiasme à la démonstration du logiciel. « C’est un programme fantastique, assure-t-elle. Il nous motive énormément et suscite beaucoup d’espoir. » Une révolution par rapport aux traditionnels dessins. Au cours de cette première réunion de travail, les scientifiques ont décidé de limiter leurs recherches à la reconstitution virtuelle complète des neuf statues qui agrémentaient le phare d’Alexandrie.

Des statues monolithiques en granit rose de plus de 12 mètres de haut, rappelle Isabelle Hairy. Des merveilles qui grâce aux informaticiens bidartar pourront peut-être un jour être à nouveau admirées.

(1) Centre national de la recherche scientifique. Institut national de recherche en informatique et en automatique. École supérieure des technologies Industrielles avancées. (2) Laboratoire bordelais de recherche en Informatique.

Dans le Sud Ouest : article